COLLEGE JEAN JAURES

Cenon (33)

Marché global de performance pour la restructuration et l’extension du Collège Jean Jaurès à Cenon en conception réalisation entretien maintenance.

MAITRE D’OUVRAGECONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA GIRONDE
GROUPEMENTGCC AQUITAINE – Entreprise Mandataire
LESS IS MORE Bet Environement
BIM.B Bet Bois
EICOB Bet Beton
MATH INGENIERIE BET Technique
ODETEC BET Cuisine
SURFACE4500 m² SDP
MISSIONComplète
COÛT D’OPERATION15,1 M € HT
PHASECHANTIER EN COURS
LIVRAISONAvril 2021

La démarche de Projet

Le projet du collège Jean JAURES de CENON est à réaliser dans le cadre d’un CREM – conception, réalisation, entretien et maintenance. Ce mode de réalisation, qui induit une réflexion globale, est complexifié du fait de la conservation de bâtiments existants et de la contrainte d’une intervention en site occupé.
Pour répondre à cette problématique, nous nous sommes imposé une méthode : concevoir un projet pertinent tenant compte uniquement des bâtiments existants à conserver, partant du principe que celui-ci ne doit en aucun cas être le résultat des difficultés de phasage dues au site occupé.
Pour ce faire, nous nous sommes fixés les fils conducteurs suivants :
› valoriser l’institution par l’image architecturale ;
› respecter la fonctionnalité inhérente au programme et son optimisation grâce à l’expérience acquise sur d’autres projets similaires ;
› avoir une approche environnementale pragmatique, simple, tournée vers des résultats quantifiables ;
› considérer la sécurité des élèves pendant et après le chantier comme un impératif.

Ce projet établi, nous avons de nouveau défini des critères pour le faire évoluer en fonction des problématiques liées au phasage, au site occupé et aux délais sans pour autant le dénaturer.
› En aucun cas, l’activité du collège durant la période de chantier ne doit sortir des limites actuelles de l’établissement.
› Limiter l’usage des préfabriqués et aménager temporairement des bâtiments existants.
› Respecter le délai de construction de 24 mois en l’améliorant au cours des études.
› Mise en place d’une politique de chantier limitant au mieux les nuisances en privilégiant la filière sèche.

La valorisation de l’institution par l’image architecturale.

Contrairement à la plupart des équipements publics de l’enseignement qui ont « pignon sur rue », notre collège a pour accès une allée, un passage entre deux maisons typiques de la rue des Quatre-Pavillons. Nous marquons cet accès par un portique signal.
Nous aménageons devant la façade principale, en accueil dans l’axe de l’allée d’accès, un parvis arboré, en partie couvert, place calme et sécurisée entre l’espace public et l’établissement. La façade est représentative du vocabulaire architectural que nous souhaitons développer : unité de matériaux et simplicité des volumes.
Le bois, matériau biosourcé par excellence, évoque la politique environnementale départementale.

Le respect de la fonctionnalité inhérente au programme et son optimisation grâce à l’expérience acquise sur d’autres projets similaires, l’intégration des remarques sur nos offres précédentes.
Notre approche du programme nous a conduits à identifier, formaliser et regrouper dans des zones distinctes les classes d’enseignement général, de SEGPA et les salles spécialisées ; à les articuler autour du pôle commun que constitue la Vie scolaire, le CDI, l’administration et le foyer des professeurs.
Au cœur de la composition, une cour de récréation carrée fédère l’ensemble et relie les rez-de-chaussée par un jeu de pentes et bancs d’assises.
Nous cherchons à mieux maîtriser les accès et flux internes de l’établissement, à intégrer une demi-pension proche des élèves, à canaliser les flux véhicules vers une cour de service et un parking séparés.
Un travail rigoureux portant sur le respect des surfaces programme, d’une part, et sur l’optimisation des circulations, d’autre part, a permis d’obtenir un bon ratio surface utile et surface dans œuvre malgré les couloirs mono-orientés de l’existant.

L’approche environementale

Un projet bioclimatique, pragmatique, simple, tournée vers des résultats quantifiables :

Notre retour d’expérience sur différents projets témoigne que les résultats escomptés en termes d’économie d’énergie et de pérennité des ouvrages ne sont pas toujours flagrants, souvent de par la complexité des systèmes techniques proposées et les difficultés d’exploitation qui en découlent.
Notre approche se veut simple et pragmatique : l’énergie la moins chère étant celle que l’on ne consomme pas, nous optons pour une conception passive : forte isolation, façade manteau, récupération des apports solaires, étanchéité à l’air ; et des choix techniques pertinents :
› Ventilation naturelle par windcatcher dotés de ventilateurs d’appoint autonomes en énergie,
› Quatre chaufferies judicieusement réparties,
› Des radiateurs numériques Q.RAD.

Nous proposons un mix énergétique par le recours aux énergies renouvelables (photovoltaïque et aérothermie), à l’énergie fatale par les QRAD et en minimisant les énergies fossiles utilisées par les chaufferies.
L’orientation des bâtiments, le dimensionnement des ouvertures, le choix et la conception des protections solaires des parois et des organes techniques sont le fruit de recherches contextuelles.

Cette démarche s’applique autant aux bâtiments neufs qu’aux zones restructurées : de la protection solaire au traitement d’air, à l’isolation et au chauffage, la rénovation énergétique est totale, la gestion technique de l’ensemble est centralisée.

Les chaufferies et les gaines des sanitaires des élèves sont accessibles de l’extérieur du bâtiment, par cheminement carrossable, facilitant ainsi la maintenance et une externalisation possible. Tous les locaux techniques sont accessibles sans gêne pour le fonctionnement de l’établissement.

Une réflexion sur la sécurité

On peut considérer deux dangers potentiels : l’un venant de l’extérieur (incivilités, délinquance, terrorisme) l’autre de l’intérieur. La configuration de l’accès est, de fait, extrêmement sécurisante : la surveillance de l’allée est facilitée par le positionnement du poste d’accueil qui jouit d’une vue dégagée jusqu’à la rue.
Les dangers intérieurs, spécifiques à cette catégorie d’établissement en fonction de leur situation, peuvent être le racket, le trafic et les bagarres. Pour y remédier, nous avons créé et construit des espaces récréatifs de grande qualité, plantations d’arbres, bancs, des espaces pacifiés. Le parvis et la cour sont géométriquement simples (carré, rectangle) et ne présentent aucun recoin. Nous avons fait en sorte que la vie scolaire ait une vue panoramique sur la cour et un accès rapide au parvis.

Une phase de réalisation réfléchie et anticipée.

Le groupement est armé pour mettre en œuvre ce projet.
Entreprise de qualité et maîtrise d’œuvre compétente – architectes expérimentés, ingénieurs spécialisés (béton, bois, cuisine, fluides, électricité et VRD) et bureaux d’études transversales (acoustiques et environnementales) – mèneront un chantier dont l’organisation et le pilotage sont pensés très en amont : afin de maîtriser parfaitement les enjeux d’un chantier en site occupé, contraint dans l’espace et le temps.
› L’activité du collège est contenue dans son emprise actuelle durant le chantier, sans perturbation fonctionnelle,
› le délai de construction est optimisé à 21 mois,
› avec 1 seule année scolaire réellement impactée par les restructurations et déménagements.
› la filière sèche est privilégiée pour limiter les nuisances en cours de chantier
Le phasage fonctionnel démontre la continuité d’usage du collège durant les différentes périodes du chantier.